Musiques de machines

Parcours
Publié le 5 juillet 2021

La musique dite savante prend un drôle de tournant en 1940. Au revoir les orchestres et les instruments classiques, place aux ordinateurs et autres technologies. Sampler, boite à rythme, platine vinyle, synthétiseur, vocoder, séquenceur musical, MIDI… Des machines aux noms parfois intimidants, mais qui ont contribué largement au développement de ce qu’on appelle les musiques électroniques.

Bien entendu, les instruments acoustiques – c’est-à-dire qui n’ont pas besoin d’électricité pour produire un son – ne disparaissent pas et continuent à être joués aujourd’hui par amateurs et professionnels. Cependant, un bon nombre des appareils utilisés dans les musiques électroniques sont aujourd’hui qualifiés d’instrument, au même niveau qu’une guitare ou un violon. En comprenant leur fonctionnement, vous comprendrez aussi les différents styles de musique électronique (« électro » pour les familiers) et la part d’humain dans ces chansons de machines.

_
Philipp Fischer

I.
De Schaeffer à Schneider

Premières transformations

La base de toute musique électronique est l’utilisation de technologies dans le but d’enregistrer, de produire et de transformer un son. A partir des années 1940, les premiers compositeurs comme Pierre Schaeffer commencent à s’intéresser aux infinies possibilités qu’offrent ces technologies pour la composition de musique, au-delà du travail sonore d’œuvres préalablement écrites.

Cette approche artistique donna naissance à deux styles liés : la musique concrète, qui utilise des enregistrements de sons comme source plutôt que support, et la musique électroacoustique basée sur les sons produits de façon synthétique, c’est-à-dire qui ne proviennent pas d’un instrument de musique mais d’une source électrique telle qu’un ordinateur.

Chargement...

L'IRCAM - Institut de recherche et coordination acoustique/musique

Kraftwerk et les nouveaux instruments

Parmi les nouveaux instruments électroniques, le séquenceur (aussi nommé sampler en anglais), la boîte à rythmes, le synthétiseur et les techniques de manipulation de vinyles ont ensemble défini une partie majeure de l’univers sonore des années 1970 jusqu’à aujourd’hui.

Le premier groupe à incorporer des éléments de musique électroacoustique dans une écriture de chanson inspirée de la musique populaire anglophone a été Kraftwerk. Grâce à l‘emploi presque systématique de la voix robot et de références à la robotique et aux technologies dans les paroles, la musique de Kraftwerk est vue à l’époque comme la musique du futur.

Un bon exemple est la chanson « Die Roboter » (« Les robots »). On y entend le séquenceur, qui permet de jouer en boucle de courts extraits sonores. Il ne produit pas de son, mais le reproduit et le répète. Cet instrument a donné aux musiques électroniques leur côté répétitif, ce qui fait d’ailleurs qu’une grande partie des musiques électroniques est aujourd’hui perçue comme de la musique de danse.

Chargement...

Le séquenceur Orchestron utilisé par le groupe allemand Kraftwerk sur les albums Radio-Aktivität (1975), Trans Europa Express (1977) et Die Mensch-Maschine (1978)

« The Robots » par Kraftwerk, 1978

3:41

Pour continuer...

Logo
HomepageSearchSign inLog inMy profile
About MeloContact us
Composé par Zebrock