Dans les coulisses du... rap

Parcours
Publié le 2 mars 2020
Mis à jour le 23 avril 2020

Au cœur de la culture hip-hop, le rap est une forme d’expression indémodable. Mais d’abord, c’est quoi le hip-hop ? Le mouvement apparaît dans les années 1970 à New York et combine plusieurs disciplines : le DJing, le breakdancing, le graffiti, le beatboxing et bien sûr… le rap. Cette forme de chant parlé débute lorsque les enfants des ghettos décident de s’emparer des mots pour accompagner le mouvement des droits civiques. « Rhythm And Poetry » seront leurs armes pour défendre la cause afro-américaine. Le rap c’est un nouveau lieu de métissage où se rencontrent les mots des minorités et des oppressés. Le rap c’est donc surtout des rimes, des rythmes, de la colère, de l’engagement … mais pas que ! Depuis on l’a aussi connu dansant, léger et même romantique. Plongeons dans ses coulisses via ses mots-clés !

Dans les coulisses du... rap

Parcours

Voir la notice

I.
Le rap dans son habitat naturel

Fascinant pour certains, effrayant pour d’autres, nous allons essayer de nous frayer un chemin à travers les origines du rap. D’abord exclu, aujourd’hui adulé, cet art historiquement anglo-saxon a débuté dans la rue. C’est pourquoi la symbolique de la « street » est présente dans bon nombre de textes !

Chargement...

N.W.A et le Fila Fresh Crew (via cdandlp.com)

Block parties :

Ces fêtes en plein air sont apparues en Jamaïque, avec le reggae. C’est un moment de rassemblement, du « crew », des amis ou simplement d’amateurs de hip-hop. C’est l’occasion de montrer ses meilleurs pas de danse, ses talents de chauffeur de salle ou juste de taper du pied en rythme avec les « beats » du DJ.

Biggie à une block Party à Brooklyn, New York, 1989

1:08

Crew :

Désigne un collectif d’artistes issus du hip-hop, qui, souvent se sont rencontrés en pratiquant leur art dans la rue. On peut donc compter parmi les membres, des graffeurs, des danseurs, des DJs … C’est aussi un nouveau clin d’œil au pays du reggae et à ses « posse », membres d’une bande aux allures de gang. Mais c’est aussi et surtout une famille où l’on compte les uns sur les autres.

Ghetto :

L’origine de ce mot remonte au Moyen-Âge et sa définition a évolué au cours de l’Histoire. Mais le ghetto a toujours eu une résonnance dramatique. Car on y entasse des personnes en marge, défavorisées, voire exterminées… C’est surtout aux États-Unis qu’on retrouve les ghettos du hip-hop et leur population majoritairement issue de l’immigration.

Chargement...

Un ghetto aux États-Unis (via Pixabay)

Hardcore :

Cousin du « gangsta rap » et constamment ravivé par des figures du rap telles que Suprême NTM ou Public Enemy, on le reconnaît à ses paroles crues et tranchantes.

Public Enemy - « Give It Up », 1994

4:43

Mainstream :

On l’utilise pour qualifier le rap « grand public », commercial, vendeur car il peut plaire à tous. Mais cela qualifie aussi la situation du rap dans les années 1990, avec une explosion des événements qui lui sont dédiés : festivals, soirées, journaux, émissions… Le rap a gagné une place plus large que jamais dans le monde de la culture.

Rap game :

Le monde du rap serait un monde impitoyable où seule une personne pourrait régner. Il s’agirait d’être le maître de ce « game » en menant un combat commercial contre tous les autres rappeurs. Heureusement, la réalité est plus nuancée. Ce « game » est parfois collectif. Comme, par exemple, lorsqu’un artiste décide de pratiquer un featuring avec un autre. C’est un signe d’accréditation qui suffit parfois à lancer la carrière d’un inconnu. Mais comme c’est un jeu, on y distingue le(s) maître(s), les gagnants, qui cumulent millions de vues, de streams et certifications en tout genre. Et les perdants, voire les bouffons, qui galèrent à remplir des salles, qu’on moque sur les réseaux sociaux, ceux qu’on écoute en cachette.

Chargement...

Qui s'assiéra sur le trône ? (Par William Krause via Unsplash)

Pour continuer...

Logo
HomeRechercheS'inscrireSe connecterMon profil
À proposNous contacter
Composé par Zebrock