Électro à la française

Parcours
Publié le 6 juillet 2021

La “griffe française” est associée à l’école électro ou techno française qui a vu le jour au fil des années 1990. Elle est conduite par de jeunes musiciens, notamment des DJ’s qui animent les raves, ces longues nuits de danse et de transe qui se multiplient dès la fin des années 1980 en France. Underground et avant-gardistes, ils expérimentent de nouvelles sonorités, font tourner des boucles issues de disques funk ou disco et produisent des disques. Bidouilleurs sonores héritiers des pionniers français des musiques électroniques de l’après guerre, certains sont devenus des références planétaires. Portrait robot en cinq titres de cinq artisans de la désormais célèbre French Touch.

Image d’illustration : Alexander Popov via Unsplash
Image d’en-tête : David von Diemarvia via Unsplash

I.
Laurent Garnier, techno pionnier

Revanche sur la répression des rave parties, la première Techno Parade exhibe l’électro et les pulsions-passions qui l’entourent dans les rues de Paris. Un vent de liberté parcourt la capitale samedi 19 septembre 1998, place de la Nation, là où en 1963 d’autres dizaines de milliers de jeunes avaient fait la fête avec les vedettes du yéyé, Johnny Hallyday en tête. Laurent Garnier, futur tonton de l’électro à la française, y livre un DJ set historique.

Chargement...

Laurent Garnier au Nice Jazz Festival en 2010 (via Wikipedia)

Qui est Laurent Garnier ?

Pionnier parmi les pionniers (avec Dee Nasty) Laurent Garnier est le maître étalon de l’électro à la française, la French Touch. Né en 1966 à Boulogne-Billancourt, le jeune élève en hôtellerie aura vite quitté son premier job en Angleterre pour franchir la porte des clubs renommés, notamment l’Hacienda de Manchester. Et l’aventure débute dès 1987, il a 21 ans. DJ réputé de divers clubs il est la figure de proue d’un mouvement dont les partisans se compteront vite en centaines de milliers : grâce à lui, des centaines de DJ se lancent à leur tour et l’électro devient la nouvelle référence sonore. Chantre de l’éclectisme musical, génie des enchainements et du BPM (beat per minute, le tempo en général élevé des morceaux techno ou disco) il crée en 1994 le label F Communications et reçoit en 1998 la première Victoire de la Musique électro tout en multipliant les résidences et concerts “événement” tel celui qu’il donna en dans la salle Pleyel, haut lieu de la musique classique à Paris. Après plus de trente ans de carrière, le chevalier de la Légion d’Honneur qu’il est devenu en 2017, continue de régner, toujours créatif, sur une scène bien plus fournie qu’à ses débuts. Une preuve ? En 2019, Le fils de forains est l’artisan de la très riche bande son de « Electro », l’exposition événement de la Philharmonie de Paris.

La nuit de la Techno Parade @ Paris 1998 : le set de Laurent Garnier

58:58

Contexte : 1998, vive la fête ?

On a gagnéééééé… Après une Coupe du monde victorieuse l’époque est à la fête, qui ne durera hélas pas. Les années 2000, longtemps espérées comme un nouvel horizon, commencent mal avec la présence de l’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle qui verra l’élection “triomphale” de Jacques Chirac. Mais les inégalités se creusent, la promesse de l’an 2000 se consume et le malaise gagne. La mort le 27 octobre 2005, dans un transformateur EDF de Zyed et Bouna, deux jeunes de Clichy-sous-Bois fuyant un contrôle d’identité musclé, met le feu aux poudres. Ça couvait, ça explose et les illusions en prennent un sacré coup.

La Techno Parade : Laurent Garnier en tête d'affiche

La première Techno Parade en septembre 1998 donne lieu à un concert démesuré dont Laurent Garnier est la vedette. De l’eau a coulé sous les ponts de ses premiers mixes. Nous sommes passés du dancefloor à de gigantesques live A/V : entendez un spectacle total où les boucles sonores sont accompagnées et soutenues par des boucles visuelles oniriques. Une sorte de spectacle à 360°, une immersion sensorielle complète.

Pour continuer...

Logo
HomepageSearchSign inLog inMy profile
About MeloContact us
Composé par Zebrock