Divines Divas !

Parcours
Publié le 11 mai 2020

V.
BEYONCE, GRANDE PRETRESSE DE LA POP BUSINESS

Chargement...

Beyoncé lors de sa performance aux Grammy Awards, 2017

Qui est Beyoncé ?

Née en 1981 à Houston, Texas, aux Etats-Unis, Beyoncé porte un prénom exotique et reconnaissable entre mille. Il s’agit du nom de jeune fille de sa mère, styliste, aux origines française, amérindienne et irlandaise mêlées. Poussée très tôt par ses parents à monter sur scène, elle enflamme les planches alors qu’elle n’a pas dix ans. Dès 1990, son père produit et gère son premier « girls band » aux accents hip hop et r ’n b qu’il renomme Destiny’s Child suite à un premier échec lors d’un télécrochet. En 1996, le groupe signe son premier contrat et le succès naissant apporte son lot de disputes parmi ses membres. Papa Knowles règle la question en resserrant le groupe autour d’un trio : Michelle Williams, Kelly Rowland et bien sûr… Beyoncé. Celle-ci prend de plus en plus de place lors des enregistrements, dans les clips et dans les stratégies de promotion. Les Destiny’s Child finissent par imploser. Après un passage à vide, Beyoncé fait une rencontre déterminante au début des années 2000 : le rappeur et producteur Jay Z. Le pur produit du r’n b féminin des années 1990 entame une métamorphose spectaculaire qui la place au sommet de l’industrie musicale. Désormais productrice, réalisatrice, auteure-compositrice et interprète, mère et épouse, Beyoncé forme avec Jay Z le couple royal de la pop américaine régnant sur un empire musical de plusieurs millions de dollars. N’ont-ils pas réussi à privatiser le Louvre pour le tournage d’un de leur clip ? En 2016, son album Lemonade met en avant son identité de femme noire, forte, du Sud des Etats-Unis. Un héritage lourd qu’elle décide d’embrasser… un peu sur le tard et à un moment assez opportun diront certains.

Chargement...

Photo des manifestants portant des t-shirts « Black Lives Matter » lors d’une marche pour le climat à Washington en 2017 (Vlad Tchompalov via Unsplash).

Contexte : Beyoncé, le féminisme, « Black Lives Matter » un engagement marketing ?

Dans le clip de « Formation », le morceau phare de son album Lemonade publié en 2016, Beyoncé se met en scène dans un décor évoquant la Nouvelle-Orléans ravagée par l’ouragan Katrina. Particulièrement meurtrier pour les populations les plus fragiles de ce sud inégalitaire encore marqué de son passé esclavagiste. Elle porte fièrement ses origines afro-américaines et métissées, revendique son statut de femme engagée, dénonce les tensions politiques dues au racisme encore très présent dans la culture américaine. La même année, le clip est diffusé en direct lors de la mi-temps du Super Bowl, la plus grande compétition sportive américaine rassemblant des millions de téléspectateurs. Beyoncé se dit pour la première fois fière de ses racines à un moment politique très particulier, quand s’affirme Black Lives Matter le mouvement qui, depuis 2013, dénonce les violences policières et le racisme vis-à-vis des Afro-Américains. L’engagement de « Queen Bey » en surprendra plus d’un alors que la diva pop n’avait jamais pris position auparavant. Qu’importe… « Formation » et l’album Lemonade cartonnent et mettent un coup de projecteur indéniable sur la question, hissant Beyoncé comme une nouvelle figure de l’engagement féministe et politique.

Le MéloTop 3 de Beyoncé

« Formation » par Beyoncé, 2016

4:48

« Say My Name » par les Destiny’s Child, 1999

4:00

« Single Ladies » par Beyoncé, 2009

3:19

D'une domestique de Louisiane à l'une des plus grandes voix de son siècle

Comment rassembler de manière universelle les humains autour d’un intérêt commun ? Mahalia Jackson vous aurait répondu « le gospel ». L’artiste a su en son temps porter le genre à son apogée et en reste aujourd’hui la reine incontestée. Sa voix ronde et son interprétation émouvante et maternelle résonnent encore aujourd’hui comme un écho de ce que pourrait être demain.
Bien qu’ayant écouté du blues dans sa jeunesse, Jackson interprétait exclusivement des morceaux religieux et était totalement réfractaire à l’interprétation de la musique profane. Parmi ses grands succès, morceaux comme “Silent Night” en 1950 ou “In The Upper Room” en 1952, qui ont contribué à l’élever au rang de plus grande chanteuse de gospel. Certains considèrent même qu’elle est une des plus grandes chanteuses de son époque, en compagnie de Maria Callas et Oum Kalthoum.
Sans jamais avoir suivi un seul cours de chant, Mahalia Jackson est devenue l’une des premières interprètes de la Greater Salem Baptist Church, puis s’est fait connaître dans le pays et a enregistré des titres pour le label Apollo. Après s’être produite au Carnegie Hall, l’une des plus prestigieuses salles de New York, et sa première tournée européenne est couronnée de succès et elle a remporté en France un grand prix du disque de l’Académie Charles Cros.
On dit souvent de Jackson qu’elle aurait inspiré à Martin Luther King son très célèbre discours « I Have a Dream ». Amie du pasteur, elle s’est engagée avec lui dans la défense des droits civiques des Noirs.

Pour continuer...

Logo
HomeRechercheS'inscrireSe connecterMon profil
À proposNous contacter
Composé par Zebrock