Le chant des Canuts

Morceau

1894

« Le chant des Canuts » : la révolte des sans-chemise

Les Canuts, ce sont ces ouvriers et artisans lyonnais qui tissaient la soie dans des ateliers du quartier de la Croix-Rousse. Poussés par la misère et la dégradation de leurs conditions de travail et de vie dans un contexte de révolution industrielle et de libéralisation de l’économie, ils se soulevèrent en 1831, 1834 et 1848.

Même si ces révoltes ont été des échecs au sens où les revendications ne seront pas reconnues et où la répression sera forte, voire sanglante, elles sont fondatrices pour le mouvement ouvrier. Elles ont fait naître la conscience d’une réelle communauté d’intérêt et d’une solidarité possible en son sein.

« Le chant des Canuts », qui célèbre leur mémoire, date, lui, de la fin du 19ème siècle : il fut écrit et composé par Aristide Bruant, chansonnier célèbre des cabarets de Montmartre, qui l’interpréta lors de l’Exposition universelle de Lyon en 1894.

Inspiré par une pièce de théâtre allemande, Les Tisserands de Gerhart Hauptmann (1892), qui retraçait la révolte de ces petits artisans en Silésie en 1844 et par un poème de Heinrich Heine, qui écrivit les paroles de nombreux lieder de Schubert, Bruant s’est souvenu des Canuts lyonnais et a voulu rappeler leur histoire et leur combat, si commun à celui de leurs cousins germains.

Dans le texte, leur misère est symbolisée par leur nudité, rendue encore plus visible par l’opulence et le luxe des puissants, gens d’Église ou gouvernants, qui profitent de leur art. Mais le troisième couplet promet l’avènement d’un monde nouveau, qui balaiera ces « grands de l’Église » et « de la terre » et verra advenir le « règne » des canuts.

Yves Montand reprenant la chanson avait modifié la fin : « la tempête » était devenue « révolte » et les canuts du dernier refrain annonçaient : « nous n’irons plus nus ». Mais même sans ces petites infidélités au texte original, dans le « linceul » tissé par eux au dernier couplet promis au « vieux monde » d’injustice ; dans la « tempête », on entend déjà cette volonté de renverser l’ordre établi et de conquérir une place digne, par la lutte et l’unité. La chanson construite sur un jeu de respons qui emprunte à la tradition liturgique, sans doute pour mieux dénoncer les prélats si bien habillés, est un grand classique de la chanson populaire, dont on ne compte pas les interprétations.

Paroles du « Chant des Canuts »

Pour chanter Veni Creator Il faut avoir chasuble d'or. Pour chanter Veni Creator Il faut avoir chasuble d'or. Nous en tissons pour vous, grands de l'Église, Et nous, pauvres canuts, n'avons pas

Par Marion Roche. Crédits photo visuel : Gravure illustrant la révolte des Canuts de Lyon de 1834, imagerie de Belfort. Ph. © Archives Nathan

Playlist

« Les Canuts » par Marc Ogeret, 1974

2:07

« Les Canuts » par Leny Escudero, 1997

2:12

« Les Canuts » par Francesca Solleville, 2019

2:03

« Les Canuts » par Yves Montand, 1955

2:20

Vous trouvez qu'il manque un média ?

Créez un compte ou connectez vous pour suggérer d'autres médias.

Se connecter
Logo
HomepageSearchSign inLog inMy profile
About MeloContact us
Composé par Zebrock