Gauvain Sers

Artiste

Limoges, France

Gauvain Sers, la chanson comme on n'en fait plus

Les effets de mode sont souvent trompeurs. Le poids aujourd’hui des musiques urbaines et électriques, nettement marquées de leur origine anglo-saxonne, ne saurait nous faire oublier l’immense territoire de la chanson et son public non moins important. Prima du texte, ambition poétique mise en exergue, formes musicales classiques : elle vit, avec son circuit, ses militants, ses revues. La preuve par Gauvain Sers auteur-compositeur-interprète talentueux.

Originaire de la Creuse, il grandit dans cette France de la campagne, dans un village de la diagonale du vide, oublié et délaissé. C’est dans ce contexte qu’il forge son identité personnelle et musicale. Après ses études, c’est décidé : il a des histoires à raconter et il les racontera en musique. Armé de sa seule guitare, il chante ses poèmes et tape dans l’oreille de Renaud en 2016 qui l’embarque avec lui pour assurer les premières parties de 75 dates. Sa carrière est lancée. Comme son mentor, Gauvain Sers a sa dégaine bien à lui, béret vissé sur la tête, comme Renaud portait la casquette en mode titi parisien, dans les années 1970.

L’année suivante, il sort son premier album « Pourvu », disque de platine qui l’emmène jusqu’à La Cigale et l’Olympia ; puis en 2019, un deuxième album, « Les Oubliés », également disque de platine. Fidèle à la tradition de la chanson française d’antan, Gauvain Sers écrit des poèmes et entretient une relation privilégiée avec la littérature, comme sa chanson « Que restera-t-il de nous ? » écrite par l’auteur Michel Bussi.

Plus que Renaud, Gauvain Sers affirme un engagement social et militant dans ses textes, dans des morceaux tels « Les Oubliés », « Mon fils est parti au djihad », « Entre République et Nation », « Hénin-Beaumont »… Dans son champ lexical, on retrouve un parler sépia, avec des mots qu’on a entendus dans la bouche de Renaud ou de François Béranger : Pierrot, flics, bagnole, hexagone, gamin… Dans sa voix, un peu nasillarde et sa prosodie, on entend Renaud, mais aussi un peu Balavoine. Il a beau avoir à peine trente ans, les mots du chanteur fleurent bon la nostalgie.

Troubadour et poète des temps modernes, il porte la chanson en étendard et a encore beaucoup de beaux mots dans sa besace de vagabond.

Par Aleksien Méry. Crédits photo vignette : DR
11 sept.15:20

Gauvain Sers

Scène Josephine Baker, Base 217 du Plessis-Pâté/Brétigny-sur-Orge

Playlist

« Hénin-Beaumont » par Gauvain Sers, 2017

4:21

« Entre République et Nation » par Gauvain Sers, 2017

3:51

« Les Oubliés » par Gauvain Sers, 2018

3:35

« Mon fils est parti au djihad » par Gauvain Sers, 2017

6:13

« L’HYMNE DE NOS CAMPAGNES » par TRYO, BIGFLO & OLI, VIANNEY, GAUVAIN SERS, L.E.J., ZAZ, CLAUDIO CAPÉO, BOULEVARD DES AIRS, 2019

3:22

Vous trouvez qu'il manque un média ?

Créez un compte ou connectez vous pour suggérer d'autres médias.

Se connecter
Logo
HomepageSearchSign inLog inMy profile
About MeloContact us
Composé par Zebrock