Angélique Kidjo

Artiste

Ouidah, Bénin

Angélique Kidjo, puissante voix du monde

Avec 17 albums à son actif et récompensée par de multiples prix (dont 4 Grammies), Angélique Kidjo est l’une des plus grandes voix d’Afrique.

Née dans les heures chaotiques de la Révolution béninoise avec l’indépendance chevillée au corps, elle découvre la musique avec les yéyés. Appréciée très tôt du public pour son caractère bien trempé, elle a pour modèle Miriam Makeba, chanteuse sud-africaine et grande militante de la paix et de l’antiracisme. La jeune Angélique est loin de se douter qu’elles partageront la scène plusieurs années plus tard. Le producteur Ekambi Brillant la découvre et signe son 1er disque Pretty en 1980.
Son succès la propulse sur la scène politique pour servir l’image d’un pouvoir autoritaire. Elle fuit Cotonou pour la France. Elle y découvre une diversité musicale inédite mais est également confrontée au racisme et à l’ignorance du continent africain.

Déracinée, sans repère, il en faut plus pour la décourager. Cette fragilité devient une force lors de sa toute première audition avec une reprise de « Toulouse » de Claude Nougaro et ses paroles évocatrices : « Qu’il est loin mon pays, qu’il est loin ».
Choriste puis chanteuse du groupe de jazz Pili Pili, elle est mise en lumière par Chris Blackwell, fondateur d’Island Records (Bob Marley, U2…). Il lance sa carrière solo avec un visuel marquant, où Angélique Kidjo campe une femme africaine moderne, éloignée des clichés de la world music - terme naissant qu’elle et Miriam Makeba rejettent pour sa dimension post-coloniale.

Chargement...

Pochette de l'album Logozo (1991). Crédits : Tom Watson

C’est un tournant dans la carrière d’Angélique Kidjo : elle réalise son rêve d’enfant en chantant en première partie de son idole. Son travail de synthèse des musiques africaines comme son aisance à évoluer dans un répertoire varié (jazz, gospel, funk…) participent à faire reconnaître la richesse musicale de l’Afrique à l’international. Le tout porté par une voix singulière, tantôt malicieuse, cinglante ou puissante qui chante en français, anglais ou fon – sa langue maternelle.
Comme la musique qu’invente Angélique Kidjo ne se limite à aucune étiquette, elle multiplie les collaborations bigarrées (Peter Gabriel, Philipp Glass, Carlos Santana ou plus récemment MHD) et les voyages qui nourrissent son univers (au Brésil ou aux Etats-Unis, à la rencontre de la diaspora noire).

Après avoir côtoyé les plus grandes figures de la planète, la chanteuse et compositrice reste très engagée dans le travail de mémoire collective autour de l’esclavage mais aussi de la condition féminine. Elle porte ces combats par la musique (concert pour la fondation Mandela, investiture de Barack Obama…), via son statut d’ambassadrice de l’UNICEF et avec la création de la fondation Batonga pour la scolarisation des jeunes filles africaines.

Par Noémie Reyero, étudiante en master 2 Médiation de la Musique, Université Sorbonne Nouvelle

Playlist

« BATONGA » par ANGELIQUE KIDJO, 1991

3:51

“Shekere” par Yemi Alade (feat. Angélique Kidjo), 2020

4:33

« AFRIKA » feat. ALICIA KEYS par ANGELIQUE KIDJO, pour le MANDELA DAY, 2009

6:17

"Toro Mata" par Angélique Kidjo, 2019 (d'après Celia Cruz)

1:57

« TOULOUSE » reprise de CLAUDE NOUGARO (et chantée lors de sa toute première audition pour intégrer la Sacem) par ANGELIQUE KIDJO, pour FRANCE INTER, 2019

3:42

Vous trouvez qu'il manque un média ?

Créez un compte ou connectez vous pour suggérer d'autres médias.

Se connecter
Logo
HomeRechercheS'inscrireSe connecterMon profil
À proposNous contacter
Composé par Zebrock