Logo

Mauvaise réputation, et alors ?

Comment trouver et affirmer sa place dans la société ? Faut-il se plier à la norme ou affirmer qui l’on est, quitte à s’isoler ? Comment affirmer son individualité et être différent, par ses origines, ses opinions, sa façon d’être, de penser ? Pas si évident dans une société qui nous impose des stéréotypes et qui a trop souvent tendance à cultiver l’individualisme et la peur de l’autre. S’opposer à l’ordre établi peut coûter cher ! Pourtant, de tous temps, des hommes et des femmes ont osé affirmer leurs valeurs et leur identité, à contre courant, parfois au péril de leur vie ! Voici six artistes qui expriment leur personnalité, leur regard sur eux-mêmes et sur les autres.

Sommaire

I.La bienséance ? Rien à cirer !

« La mauvaise réputation » Georges Brassens, 1952

Vous connaissez sûrement quelqu’un qui ne fait jamais comme tout le monde et ça en énerve plus d’un. Oui ? Nous aussi. Le premier d’entre eux est Georges Brassens. Laissez-vous emporter par les rythmes de sa guitare sautillante : il va nous conter ses aventures de mauvais garçon.

Chargement...

Dessin de Georges Brassens à l’encre de Chine par Maryse Garel

Qui est Georges Brassens ?

Génial fabuliste bougon, Georges Brassens fait partie des artistes français incontournables et intemporels. Auteur, compositeur, guitariste, interprète de ses propres chansons, sa poésie rustique repose sur des mélodies simples et plonge de profondes racines dans l'histoire musicale et littéraire de la France. Son répertoire très cultivé interroge les grands thèmes que sont l'amour, la liberté, l'amitié, la crédulité, toujours avec une morale aux accents libertaires à rebours des normes ! Accompagné de sa guitare, il a su s'imposer auprès des amoureux de la belle langue avec son phrasé unique, ses histoires authentiques et caustiques.

Chargement...

Le disque vinyle et le magnétophone à bande magnétique, support d'enregistrement dans les années 1950, photo de Poom Peerapong (via Unsplash)

La France de l’après-guerre : années troublées

Les années 1950 en France, quelques années après la fin de la Seconde Guerre mondiale et le droit de vote pour les femmes, le pays se reconstruit. Seulement, on n’en a pas encore fini avec les conflits armés : le pays mène une guerre coloniale en Indochine et nous sommes à la veille de la guerre d’Algérie. Sans compter la guerre froide qui pèse sur l’Europe... Pour les Français, la société de consommation se développe notamment avec les nouvelles technologies : les télévisions s’installent peu à peu dans les foyers. La musique est diffusée par la radio, grandes ondes. À l’époque, on l’enregistre sur les bandes magnétiques de magnétophones, puis elle est gravée sur des disques en vinyle.

Chargement...

La pochette de l’album "La Mauvaise Réputation" sorti en 1954 chez Philips

L'album

« La mauvaise réputation » est un titre du premier 33 tours de Brassens sorti en 1954. Ce premier album contient des titres de Brassens qui deviendront des classiques : « Le Parapluie », « Hécatombe », « Le Gorille », « Le petit cheval blanc ».

Georges Brassens - La mauvaise réputation

2:16

Qu'est-ce que "La mauvaise réputation?"

À travers cette chronique rurale d’apparence légère, Georges Brassens donne un sacré coup de pied dans la fourmilière ! Irrévérencieux et frondeur, il dresse un portrait terrifiant de ces braves gens, bons pères de familles, sans doute pleins de bon sens et pourtant capables du pire au nom de leurs principes. Cette chanson est d’une vibrante actualité quand remonte de certains égouts la peur et le rejet des autres, surtout quand ils sont différents. Elle a été censurée plusieurs années car elle prône la marginalité et critique la morale bourgeoise. Une chanson représentative de l’univers musical de Georges Brassens, que l’on retrouve dans sa formation fétiche chant, guitare et contrebasse. Il est accompagné de son fidèle compère Pierre Nicolas, sur un accompagnement simple, presque indolent mettant en relief le côté provocateur des paroles, le tout dans une structure couplet-refrain très simple.

Paroles de "La mauvaise réputation"

Au village, sans prétention J'ai mauvaise réputation Qu'je m'démène ou qu'je reste coi Je pass' pour un je-ne-sais-quoi Je ne fais pourtant de tort à personne En suivant mon chemin de petit

II.Trop bizarre, celui-là !

« Qui c’est celui-là ? » Pierre Vassiliu, 1973

Deuxième drôle de type que nous avons-là… Moustache, regard moqueur : Pierre Vassiliu a une tête que l’on oublie pas. Approchez-vous n’ayez pas peur !

Chargement...

Portrait de Pierre Vassiliu

Qui est Pierre Vassiliu ?

Fils d’immigré roumain, Pierre Vassiliu s'est construit sur une double personnalité d'auteur. Côté pile, on retrouve des chansons humoristiques comme « La Femme du Sergent » ou « Qui c'est celui-là ? », qui restera la plus fameuse. Côté face, il aura ciselé de purs bijoux : « Amour amitié », « J'ai trouvé un journal dans le hall de l'aéroport », révélant une sensibilité profonde. Pierre Vassiliu est connu pour son esprit anticonformiste. Dès ses quinze ans, il est forcé à quitter son domicile familial à cause de ses bêtises. Plus tard, alors qu’il est photographe de l’armée pendant la guerre d’Algérie, il passe en Conseil de Guerre pour avoir diffusé sa propre chanson « J’ai l’honneur », au contenu antimilitariste. Depuis, toujours connecté à toutes les musiques de la planète, Vassiliu a mené sa carrière en marge des grands médias, mais pas à l'écart d'un vaste et fidèle public. Durant toute sa vie il mènera de nombreux projets, oscillant entre musique et cinéma.

Chargement...

Le Président Nixon en 1972, clamant son innocence lors de son discours télévisé I’m not a crook concernant le scandale du Watergate. Crédits STF / CONSOLIDATED NEWS PICTURES / AFP

Les années 1970, des émotions fortes

Les pays producteurs de pétrole revoient le prix de l’or noir à la hausse : ils veulent que la manne financière leur profite aussi. C’est le choc pétrolier ou plutôt le début de la crise. Modernisation et compétitivité deviennent des mots à la mode et certains commencent à conjuguer l’industrie au passé décomposé. Au Portugal, la révolution des œillets invite à la liberté, tandis que la démocratie revient au berceau en Grèce. Aux États-Unis, scandale ! Le Watergate révèle que le Président Nixon a espionné ses adversaires. « Hou, hou méfions-nous, les flics sont partout » chante Jean Ferrat. Une jeune actrice, Isabelle Adjani fait une entrée remarquée dans « La Gifle », son premier film, et un bonhomme à l’humour corrosif commence à s’imposer : Coluche.

Chargement...

La pochette de « Qui c’est celui-là ? » sorti en 1973

L'album

Le disque Qui c’est celui-là sort en 1973 chez Barclay au format 45 tours. Il a été numéro un en France en 1974, vendu à 300 000 exemplaires en quatre mois. La radio RTL l’a utilisé pour le générique de l’émission La grande parade.

Pierre Vassiliu - Qui c'est celui-là ?

3:53

Qu'est-ce que "Qui c'est celui-là ?"

Nous sommes happés vers le Brésil dès l’introduction : la guitare, les percussions, dont la fameuse cuica entonnent la samba endiablée adaptée de « Partido Alto » de Chico Buarque, qui lui n’était pas ravi de cette reprise. À ses yeux, cette version un peu bouffonne dénature le message politique de cette chanson engagée. On entend également des cris d’hommes imitant des oiseaux ou des singes. Un chœur d'hommes alterne avec la voix monocorde du chanteur. Vassiliu utilise ici le parlé-chanté, une technique qui lui sera reprise. Vassiliu prend la parole dans les couplets et raconte ses mésaventures qui lui vaillent les commentaires désagréables. Dans le refrain, un chœur d’hommes le dévisage. Ils représenteraient la société établie selon des normes et des codes : « On va l'mettre en prison ce type-là, s'il continue comme ça. » Reprenant le thème éternel de « la mauvaise réputation », Vassiliu rappelle d’un ton badin, que les braves gens n’apprécient jamais vraiment les trop grosses « différences ». Dans le dernier couplet, Vassiliu se met lui-même en scène comme un extraterrestre ayant débarqué sur Terre.

Paroles de "Qui c'est celui-là?"

Lyrics "Qui c'est celui-là ?"

Qu'est-ce qu'il fait, qu'est-ce qu'il a, qui c'est celui-là ? Complètement toqué, ce mec-là, complètement gaga Il a une drôle de tête ce type-là Qu'est-ce qu'il fait, qu'est-ce qu'il a ? Et

III.Vous avez dit zazou ?

« Y'a des zazous » Brigitte Fontaine & -M-, 2001

Pour cette troisième, ce n’est pas un voyou mais toute une bande qui fait une entrée fracassante dans vos oreilles, menée par deux individus étranges : Brigitte Fontaine et -M-. C’est parti !

Chargement...

Dessin de Brigitte Fontaine par Maryse Garel

Qui est Brigitte Fontaine ?

Extravagante et audacieuse, voix et physique insolites, Brigitte Fontaine s'est construit l'image d'une artiste originale, qui ne dédaigne pas de passer pour « déjantée »… Son audace créative est grande et constante tout au long de sa carrière. Elle attire auprès d'elle la nouvelle génération des musiciens qui ont grandi en écoutant les disques étranges qu'elle enregistrait dans les années 1960 et 1970. Ouverte à toutes les expérimentations musicales, elle travaille avec les artistes les plus divers (Étienne Daho, Sonic Youth, Noir Désir). Son goût des délires verbaux s'exprime aussi à travers la littérature et le cinéma. « Y'a des zazous », cette chanson volontairement d'allure farfelue enregistrée avec Matthieu Chedid, lui va comme un gant.

Chargement...

Photo de -M- (du site www.musikplease.com)

Qui est -M- ?

« Riffeur fou surchauffé, fan de funk enflammé, cherche mélodies fines pour pratiquer pop post moderne et envol immédiat vers la quatrième dimension ». À l'évidence, les fées ont bien protégé le berceau de ce gus : nourri aux belles rimes du meilleur cru (Louis Chédid est son papa et la clique Souchon-Voulzy venait prendre le thé à la maison), le môme est devenu ce maestro rose bonbon de la six cordes, as de sa propre mise en scène, dont tous les albums méritent d'être chaudement recommandés plus encore que l'adresse de son coiffeur. Pour tout dire, autant d'atouts dans une seule manche, cela frôle l'insolence.

Chargement...

Les zazous, des originaux à leur époque (photo du site www.politijeune.canalblog.fr)

« Zazous », quésaco ?

Seconde Guerre mondiale, en France. Fans de jazz et de swing, musique américaine mal vue par l'occupant et ses collabos, des jeunes bravent les interdits en cultivant leur différence avec nonchalance et insolence, alors que la révolution morale de Vichy veut des jeunes sains et purs. Ce sont les zazous, nom tiré des onomatopées du jazz. Méprisés, pourchassés voire déportés, ils manifestent avec élégance dans leur costumes et coiffures le refus de l'ordre moral et de l'uniforme. Dans un registre délirant, on doit finalement à ces excentriques frondeurs l'ancrage français du jazz et du swing ouvrant ainsi la voie à la fureur du jazz d'après-guerre.

Chargement...

Pochette de l'album « Kékéland » sorti en 2001 chez Virgin France

L'album

Quatrième titre de l’album Kékéland sorti en 2001. Ici Brigitte Fontaine reprend en duo avec -M- une chanson de 1944, interprétée à l’époque par Andrex, un comédien et chanteur alors à la mode.

Brigitte Fontaine - Y'a des zazous

2:43

Qu'est-ce que "Y a des zazous" ?

Au tempo bien jazzy du titre original chanté par le sympathique Andrex, a succédé une ambiance plus rock et déjantée, électrique au parfum électro. Soutenant le duo de chanteurs qui se donnent la réplique, la batterie mène la danse, des accords de guitare viennent s'écraser sur sa grosse caisse, tandis qu'en arrière fond s'emmêlent des solos effrénés. Les pédales d'effets triturent les sons de la guitare électrique.

Paroles de "Y'a des zazous"

Jusqu'ici sur terre, un homme pouvait être Blanc ou noir, ou rouge, ou jaune et puis c'est tout Mais une autre race, est en train d'apparaître : C'est les zazous, c'est les zazous ! Un faux col

IV.Tékitoi, tékimoi ?

« Tekitoi » Rachid Taha, 2004

De quoi une mauvaise réputation est-elle faite ? Ignorance, peur, préjugés : qu’il est facile de rejeter quelqu’un que l’on ne connaît pas ! Venez à la rencontre de l’Autre avec Rachid Taha.

Chargement...

Rachid Taha, au festival Solidays en 2001 (Julien Hekimian/Sygma/Corbis/Sygma via Getty Images)

Qui est Rachid Taha ?

Chanteur ayant un pied sur chaque rive de la Méditerranée, Rachid Taha revendiquait sa double culture, chantant souvent dans un mélange de français et d’arabe. Sa carrière démarre dans la banlieue lyonnaise au seuil des années 1980 avec le groupe rock Carte de Séjour dont il est le leader. La reprise de la chanson « Douce France » de Charles Trenet fait surgir une polémique mais leur apporte la reconnaissance. Rachid fait ensuite chemin seul et affirme son propre style mêlant le chaâbi, musique populaire d’Algérie, aux guitares électriques et aux beats technos. Rachid Taha, un personnage haut en couleur et malgré sa participation au projet « 1, 2, 3 Soleils » l’unissant au raï de Faudel et de Khaled, il se revendiquait comme un rocker aimant la France.

Chargement...

Une manifestation anti-Le Pen à Madrid, le 27 avril 2002 (REUTERS/Andrea Comas)

2004, année des extrêmes ?

Alors qu’Indochine est premier groupe français à remplir le Palais omnisports de Paris-Bercy avec 17 000 spectateurs (2003), le clip de « Tekitoi » ne sera diffusé sur aucune chaîne télé ; marque sans doute de la différence de Rachid Taha, jugé par certains hors norme, peu fréquentable. Cette année 2004 sera notamment marquée par la mort d’un personnage important pour Taha : Yasser Arafat, qui n’aura pas pu réconcilier définitivement son peuple palestinien avec Israël. 2004, c’est aussi l’année de lancement du réseau social Facebook. Côté politique, la France est secouée en 2002 par le passage du Front National au second tour des élections présidentielles. Jacques Chirac est finalement réélu.

Chargement...

Pochette de Tékitoi, sorti en 2004 au label Wrasse Records

Sur la pochette de l’album, Taha dira de sa photo "Qui suis-je ? Jésus ? Un terroriste ? De toute façon un type louche. Un type qui créé une sorte de malaise qui ramène l’autre à sa propre histoire, sa religion, son pays, sa langue."Rachid Taha avec Dominique Lacout, "Rock la Casbah", Flammarion, 2008

L'album

« Tekitoi » est le premier titre de l’album du même nom, sixième album solo de Rachid Taha. Ce titre a été utilisé dans le générique de fin du film Nos amis les flics ; le second titre de cet album est une reprise d’un tube des Clash « Rock The Casbah », arrangé à la sauce Taha. Cet album eu du succès aux Etats-Unis.

"Tekitoi" par Rachid Taha et Christian Ollivier, 2004 (France, Algérie)

3:09

C'est quoi "Tekitoi" ?

Une interrogation continuelle sur soi, l’autre et la différence, du début à la fin de la chanson, Taha joue avec les sonorités des mots, créant des virelangues martelant ce questionnement sans fin, comme si savoir qui on est pouvait donner le tournis ! Le texte est déclamé en duo avec le chanteur Christian Olivier du groupe Les Têtes Raides, avec très peu de mélodie. La musique est répétitive, basée sur deux accords, alternant avec des phrases a capella ; un riff de chant en arabe vient parfois teinter cet ensemble aux rythmes et timbres déjà très orientaux, composés de guitares acoustiques et électriques, oud, percussions, violons, basse électrique. Un métissage réussi qui fusionne musique orientale et rock dans la veine Taha.

Paroles de "Tekitoi"

T’es qui toi, t’es qui moi ? T’es pas qui, t’es pas quoi ! T’es qui toi, t’es qui moi ? Mais toi, t’es qui ? T’es quoi ? N’oublie pas qu’avant toi, y’en a d’autres que toi Et qu’après toi,

V.Drôle de mec, ce métèque !

« Métèque » JoeyStarr, 2006

Dernier portrait de notre galerie, avec une sacrée gueule : celle de JoeyStarr. L’ancien leader de NTM s’empare de la célèbre chanson de Georges Moustaki pour se raconter dans un rap cinglant tout droit sorti de Seine-Saint-Denis.

Chargement...

Portrait dessiné de Joey Starr par Maryse Garel à l’encre de Chine

Qui est JoeyStarr ?

De son nom Didier Morville, JoeyStarr grandit à Saint-Denis et commence sa carrière en duo avec Kool Shen sous le nom de Suprême NTM, véritable icône du hip-hop français des années 1990. JoeyStarr produit de jeunes artistes, s'engage avec d'autres vedettes (Jamel Debbouze, Jean-Pierre Bacri) pour inciter les "jeunes de cités" à s'inscrire sur les listes électorales. On lui reproche pourtant certains démêlés judiciaires, on guette sa vie privée, ses déménagements font la une des journaux people. Bref, JoeyStarr reste une mauvaise herbe, et fier de l'être.

Chargement...

Les banlieues en feu en 2005 (tiré du site www.arcre.org)

Colère dans les banlieues françaises

Automne 2005 : les violences secouent Clichy-sous-Bois et les villes de banlieues françaises après que deux adolescents Zyed et Bouna soient morts électrocutés alors qu’ils étaient poursuivis par la police. La colère éclate. Les vidéos des voitures brûlées, des vitrines brisées et des affrontements avec la police font le tour des télés et des écrans, avides d’images chocs. Les politiques s’en mêlent, certains prônent la tolérance zéro pour cette « racaille ». Le reste du monde prend peur. Le contexte, ultra-tendu, étouffe l’autre visage des banlieues et de la Seine-Saint-Denis. Un an plus tard sortent les albums de Diam’s, Booba ou Grand Corps Malade. Dans un contexte de sortie d’état d’urgence suite aux émeutes, cette nouvelle génération du rap français bat son plein, mais la banlieue française a mauvaise réputation.

Chargement...

Pochette de l’album Gare au Jaguarr sorti en 2006 chez Sony

L'album

Après avoir tiré un trait sur près de vingt ans d'activité en duo, l'ancien co-leader du Suprême NTM sort en 2006 son premier album solo Gare au Jaguarr, à la suite d'un livre d'entretiens avec le journaliste Philippe Manœuvre. Cet album contient notamment une reprise rappée de la chanson « Le Gorille » de George Brassens.

JoeyStarr - Métèque

3:27

Qu'est-ce que "Métèque" ?

Dans la Grèce Antique, un métèque est un étranger vivant dans la cité, sans être admis à la citoyenneté. La version originale de « Métèque » se fredonnait sur une douce mélodie évoquant la Grèce et son soleil, signée Georges Moustaki. Seulement JoeyStarr est d'un autre métal. Dans sa version, il rappe la douleur d’avoir grandit dans une cité de Saint-Denis avec un père absent. Métèque aussi, comme il dit : « affûté pour la guerre ». JoeyStarr écrit un texte intime et violent sur son vécu. Son père a une très grande place dans les paroles : nous comprenons qu’il est le responsable de l’errance de JoeyStarr et de sa transformation en métèque. En reprenant toujours la même formule, il décrit sa propre gueule et nous ouvre son âme qui a vécu bien des tempêtes. Finalement, le fauve a un grand cœur. L’introduction nous rappelle la chanson « Le Métèque » de Georges Moustaki, sortie en 1999. JoeyStarr reprend sa phrase « Avec ma gueule de métèque » et l’utilise en sample, accompagnée d’un piano lui aussi samplé. Le rappeur entre en scène, accompagné d’un beat puis d’un sample plus grave venant appuyer les paroles et dramatiser le morceau. Un procédé de gradation est utilisé : des violons s’ajoutent et le morceau évolue en prenant de l’ampleur jusqu’à sa fin. Les notes dramatiques du piano concluent le morceau.

Paroles de "Métèque"

Lyrics "Métèque"

Avec ma gueule de métèque Ma ganache de nègre errant Toujours aussi réfractaire À vouloir rentrer dans le rang Avec vous je serai franc, franc au possible Dans l'rang impossible votre

Logo
HomeRechercheS'inscrireSe connecterMon profil
À proposNous envoyer un mail
Composé par Zebrock